Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d' Harper Lee

Publié le par myletine

ne-tirez-pas-sur-loiseau-moqueur2

 

 Titre original : To kill a  mockingbird qui vient d'un proverbe américain : « It’s a sin to kill a mockingbird» (c’est un péché de tuer un oiseau moqueur).

 

 

  " ..] - Je préfererais que vous ne tiriez que sur des boîtes de conserves, dans le jardin, mais je sais que vous allez vous en prendre aux oiseaux. Tirez sur tous les geais bleus que vous voudrez, si vous arrivez à les toucher, mais souvenez-vous que c'est un péché que de tuer un oiseau moqueur.
Ce fut la seule fois où j'entendis Atticus dire qu'une chose était un péché et j'en parlai à Miss Maudie.
- Ton père a raison, dit-elle. Les moqueurs ne font rien d'autre que de la musique pour notre plaisir. Ils ne viennent pas picorer dans les jardins des gens, ils ne font pas leurs nids dans les séchoirs à maïs, ils ne font que chanter pour nous de tout leur coeur. Voilà pourquoi c'est un péché de tuer un oiseau moqueur."

 

 

Une petite fille, Scout, devenue adulte nous raconte trois années de son enfance.

Nous sommes dans les années 30, dans une petite ville d'Alabama, Maycomb, au sud des Etats-Unis. Atticus Finch, le père de Scout et de Jem, son grand frère, est commis d'office pour défendre un noir accusé du viol d'une blanche. C'est un homme et un avocat intègre et d'une grande tolérance qui élève seul ses deux enfants. Il va tenter de sauver cet homme promis à la peine de mort.
Nous sommes dans une Amérique, et surtout dans une région, où les mentalités et le racisme sont ancrés dans le quotidien.
Atticus Finch va alors lutter contre les préjugés et les mensonges des blancs tout en essayant de préserver l'innocence de ses enfants et de leurs enseigner les valeurs auxquelles il croit.


 Dans une première partie, nous faisons connaissance, au travers des yeux de Scout, du village, de ses habitants pleins de préjugés et bigots de surcroit. 

Ecole, jeux avec son frère, relations de voisinage, le récit se met lentement en place et traîne un peu en longueur. L'aspect le plus intéressant de cette partie reste  l'éducation très moderne que ces enfants reçoivent de leur père.

 

La deuxième partie concerne le procès. La vie des enfants va s'en trouver bouleversée. Ils vont alors être confrontés aux insultes et préjugés des habitants. Cette partie est plus rythmée et pleine de passions, plus captivante aussi.


Ce livre publié dans les années 60, au coeur de la lutte pour les droits civiques des noirs, a connu et connait encore un grand succès. D'après une enquête réalisée aux Etats-Unis en 1990, sur les livres qui ont changé la vie de leur lecteur, il  arrive en seconde position après la bible.

Une postface écrite par Isabelle Hausser nous aide à comprendre le contexte historique et culturel de ce roman.

 

C'est un livre que j'ai lu une première fois, il y a 20 ans et en avais gardé un souvenir lumineux. J'ai eu l'impression en le relisant ne pas avoir lu le même texte, même si je garde souvenir de la trame du récit, je ne me souvenais plus de toutes ces références religieuses.

Bien que la narratrice soit une enfant ce n'est pas seulement  pour moi un livre sur l'enfance et je comprends maintenant que le choix de l'auteur d'avoir fait parler une enfant peut gêner certain lecteur et même en rebuter.


En tout cas, j'ai aimé, il y a vingt ans et aime toujours aujourd'hui. Je le garde dans ma liste de livres que je conseille et encourage à le lire aux jeunes et aux autres....pour son hymne à la tolérance.

 

Détail amusant  : en exergue, se trouve une citation d'un fameux Charles Lamb qui est, je pense, le même dont on entend beaucoup parler dans "Le cercle littéraire des amateurs épluchures de patates"...

 

C'est un livre que j'ai lu dans le cadre d'une lecture commune sur Livraddick et qui  fait parti aussi du challenge Littérature au féminin

 

 

challenge

 

 Librivore en parle très bien  et a eu la bonne idée de mettre en lien d'autres blogs qui en parlent aussi.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luna 04/07/2011 09:58



Je viens tout juste de termier Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur et c'est définitivement une très belle découverte. Ce livre m'a vraiment émue.


C'est assez étonnant de voir des gens se faire mettre de côté comme ça, parce qu'ils ont une mentalité qu'on qualifierait de "normale" de nos jours... De voir Scout et Jem qui ne comprennent pas
vraiment ce qui se passe jusqu'au procès clairement joué d'avance... 


J'ai beaucoup aimé ce livre, je comprends mieux pourquoi il est l'une des références de la littérature américaine, il le mérite, c'est certain :)


 


Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur mon blog...


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!



argali 22/01/2011 11:48



Bonjour,


Moi je l'ai lu récemment suite à la lecture de "La couleur des sentiments". Une des héroïne y fait souvent référence et cela m'a tentée. Je ne regrette pas cette découverte. J'ai trouvé ce roman
très bien écrit et le fait que la narratrice soit une enfant apporte beaucoup de fraîcheur à l'histoire.



myletine 24/01/2011 21:45



Je n'ai pas lu "la couleur des sentiments" mais au vu des nombreuses critiques positives, je vais le noter si en plus il fait référence à l'oiseau moqueur...



silvi 05/09/2010 10:21



dans ma PAL pour une prochaine lecture et j'ai hâte de le lire tant les commentaires sont élogieux sur ce roman



myletine 12/09/2010 09:33



Elogieux mais aussi mitigés. En tout cas un livre à connaître.



patacaisse 07/07/2010 20:54



Super ! Je programme pour le 15 septembre.



patacaisse 06/07/2010 22:00



Chouette ! pour le 15 septembre ou le 15 octobre si tu veux. Tu me dis une autre date si celles ci ne te conviennent pas. 



myletine 07/07/2010 19:46



Alors, disons pour le 15 septembre.